• Film : « UNE EXECUTION ORDINAIRE » de Marc Dugain

    27699.jpgMarc Dugain adapte la première partie de son roman.

    Staline a fait arrêter tous ses médecins juifs sous prétexte de complot ("blouses blanches"). Dugain utilise cet évènement pour imaginer qu'à l'automne 1952, une jeune médecin urologue et magnétiseur est appelée secrètement pour soigner le tyran. Staline la manipule et s'insinue dans sa vie privée.

     

    .

    L’histoire est axée sur le face à face Staline (le chat) et Anna (la souris). Elle se déroule dans trois lieux essentiels (façon théâtre) : l’appartement du couple, l’hôpital, le Kremlin.

     

    On ressent de l’empathie pour ce couple totalement impuissant devant le pouvoir du despote.

     

    Dugain réalise un premier film aux qualités indéniables avec un choix judicieux  d’acteurs.

     

    Ce film n'est pas une tranche d'histoire mais une approche psychologique de Staline, homme dépourvu d’affect, incapable de reconnaissance, rongé par une paranoïa qu’il a lui-même créée.

     

    Le travail du photographe Yves Angelo (couleurs verdâtres et fades) permet d'installer une atmosphère feutrée, pesante, une ambiance de terreur, d’oppression, de délation.

     

    Peut-on parler de vie dans un régime totalitaire ? Ou juste d’une survie faite de peurs; de dénonciations, de calculs sordides ?

     

    Film apprécié par le groupe Volver


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :